samedi 17 mars 2012

SALM ou GLAIN: UN DERANGEANT PHENOMENE DE TOPONYMIE

La Commission royale de toponymie et de dialectologie a depuis longtemps dénoncé les innombrables erreurs de noms de lieux, de routes, de cours d'eau, etc… qui figurent sur bon nombre de cartes, officielles ou non.
Ces erreurs remontent très souvent aux années 1840, époque où furent dressés les Atlas des chemins vicinaux par des enquêteurs généralement étrangers, ignorant les dialectes locaux et interrogeant des témoins qui parlaient souvent le wallon (ou le flamand) de leur région, connaissaient peu ou pas du tout le français et étaient souvent ignorants de l'orthographe, sinon illettrés. Un bon exemple local de ce genre d'erreur est le lieu-dit « Mont-le-Soye », en wallon « Amon l'sôye ». Quiconque connaît le wallon reconnaîtra sans peine que la préposition « amon » signifie « chez » et qu'une « sôye » est une scie. Ainsi, il traduira le lieu-dit par : à la scie, chez la scie ou chez le scieur. Jamais en tout cas il ne pensera à un « mont » – d'autant plus que le lieu-dit est situé au creux d'un petit vallon – ni à de la soie ! Mais un enquêteur ignorant le dialecte comprendra « mont le (ou la ) soie » et sa notation sera à l'origine d'un lieu-dit orthographié sur la plupart des cartes jusqu'aux années 1960-1970 de telle façon qu'un étranger pensera à un "mont" et à de la soie.

LA SALM AU LIEU DU GLAIN
Une de ces erreurs - ô combien dérangeante - a fait passer au siècle dernier le nom de Salm à la rivière Glain à l'approche de Salmchâteau. Dérangeante parce que :
- elle est entrée dans les moeurs d'une très grande partie de la population;
- la Salm, dépouillée de son nom, reçoit des noms variant avec le lieu et l'époque : ruisseau de Petit-Thier, ruisseau d'Hermanmont, eau du Baron, eau maréchale, … ce qui atteste un malaise certain;
- la Salm n'ayant plus de nom, un farfelu lui a inventé celui de « Vielle », ce qui aurait donné naissance au nom de Vielsalm en accolant deux noms de rivières ! C'est d'une bêtise à faire hurler.( Le suffixe Viel signifie vieux : les comtes de Salm, établis en face de l'actuelle église à un endroit appelé Salm tout court, ayant émigré au début du 14e siècle à 2 km au sud et créé Salmchâteau, l'endroit occupé précédemment est tout simplement devenu l'ancienne Salm, Vielsalm !)
Les étymologistes s'accordent pour faire remonter les noms de Salm et de Glain à la préhistoire et plus particulièrement à l'époque celtique. Le cours d'eau en question a donc été appelé « Glain » depuis plus de deux millénaires et c'est depuis un peu plus d'un siècle que son cours inférieur a changé de nom.

LES FAITS
En fait, que constate-t-on ?
1) L'existence dans le réseau hydrographique de la région de deux rivières Salm et Glain. La Salm prend sa source sur l'ancienne commune de Petit-Thier, longe la route de St-Vith entre le moulin Minguet et le zoning de Burtonville, traverse l'ancienne propriété de Rosée, longe le terrain de football, passe au Tienne-Messe où elle reçoit le Baraîchin, puis sous l'église et s'unit au Glain sous Rencheux. Les endroits appelés vif-Sâm, sur Sâm, Sâmfa jalonnent son cours.
Le Glain prend sa source près de Commanster et, par Beho et Bovigny, atteint (après avoir reçu la Ronce) Salmchâteau (où il reçoit le ruisseau de Bêche et le Golnay), forme le plan d'eau des Doyards, reçoit la Salm, poursuit par Grand-Halleux pour se jeter dans l'Amblève à Trois-Ponts.

La preuve des documents.
Ne prenons que les dernières mentions dans le temps :
- délibération du conseil communal de Vielsalm du 27 juillet 1840 : octroi de l'autorisation « d'établir une scierie de bois…au lieu-dit le Moulin de Vielsalm (à l'endroit de l'actuelle chute du plan d'eau) pour être mue par eau et alimentée par la rivière de Glain ».
- Dans Etudes historiques sur l'ancien pays de Stavelot-Malmedy de De Nève : « …l'Amblève passe à trois-Ponts où elle reçoit le Glain »;(1848)
- Dans Tandel, Communes luxembourgeoises, par Mr Lepage : « Salmchâteau est situé au confluent de trois ruisseaux : le principal, dont la source est à Commanster… s'appelle le Glain »(1877).

Les preuves toponymiques :
- le pont à proximité de l'entrée sud du tunnel ferroviaire de Trois-Ponts s'appelle toujours « Pont de Glain »;
- les lieux-dits è Glain (Grand-Halleux), fosse à Glain (Salmchâteau), Fa de Glain et fond de glainchamps (en amont de Bovigny).

2) Jusqu'à la moitié du 19e siècle, aucun problème.
3) A partir de 1840, passage progressif du terme Salm vers le Glain dans certains comptes rendus du conseil communal notamment. Il s'ensuit : une rivière qui n'a plus de nom et une autre qui, sans rime ni raison change de nom en s'emparant de celui d'un de ses affluents.

Ouvrons ici une parenthèse. Une des raisons de ce transfert pourrait à mon avis se trouver aussi dans le parler wallon de la localité de Vielsalm. La rivière venant de Salmchâteau est appelée l'êwe du Sâm facilement traduite à tort par La Salm. A tort, parce que en wallon Salmchâteau se dit simplement Sâm. C'est la même erreur qu'a commise tout récemment un employé du MET qui a fait apposer sur le pont de Salmchâteau une plaque « Pont de Salm » alors qu'il s'agit du Pont d'Sâm c'est à dire Pont de Salmchâteau( mais sur le Glain !)

4) Dans le même temps, aucun problème pour le cours supérieur du Glain jusqu'à l'approche de Salmchâteau. Les gens de Honvelez ou Bovigny ont toujours utilisé le terme correct de Glain.
5) Jusqu'au début des années 1970, « Glain » était devenu à Vielsalm un hydronyme en voie de disparition bien que, dès 1948, Gaston Remacle eût publié dans le bulletin trimestriel de l'Institut archéologique du Luxembourg, une démonstration de ce transfert de noms. La création en 1973 de l'A.S.B.L. Val du Glain, Terre de Salm remit déjà, du fait de cette dénomination, ce terme au-devant de la scène.

A la fin des années 1980 ou au début des années 1990, l'association ci-dessus et Comté de Salm, Patrimoine et Environnement avaient envoyé un courrier aux Pouvoirs publics de différents niveaux pour attirer l'attention sur ce fait et leur demander de débuter un rétablissement des noms corrects dans leurs actes, plans, etc… Le sujet ne les intéressant pas, il n'y eut aucune réaction favorable.
Il est exact que ce problème n'est pas vital et qu'un transfert de nom ne constitue pas une catastrophe. Mais lorsqu'on écorche votre nom, vous le faites remarquer. Si l'on vous donne le nom du voisin, vous rectifiez. Nos villages, lieux-dits ou rivières ne peuvent se rebiffer mais ont néanmoins droit au respect de leur nom.
Ce ne fut cependant pas un coup dans l'eau car, par exemple, le service de toponymie de l'Institut géographique national et les Sentiers de Grande Randonnée ont signalé qu'ils tiendraient compte à l'avenir de cette remarque.

Nous espérons que toutes les personnes de Salmchâteau, Vielsalm, Grand-Halleux et Trois-Ponts principalement qui nous liront appelleront dorénavant leurs rivières de leurs vrais noms : le Glain, c'est le Glain, la Salm, c'est la Salm mais le Glain n'est pas la Salm. Il coulera encore beaucoup d'eau sous les ponts du Glain et de la Salm avant que nos deux rivières retrouvent – peut-être - leurs noms authentiques : l'effort pour ce faire devra être long et soutenu. En attendant, coulez Gain, coulez Salm !

Robert NIZET

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques précisions sur la chapelle St-Roch à Arbrefontaine

Dans une de ses chroniques, parues dans le journal publicitaire « Ourthe-Amblève », OURTHAM alias Charles PIERARD (+ 1973) signalait : « La...