samedi 9 novembre 2013

Dans l'Organe de Vielsalm, il y a bien longtemps

 Le 17 octobre 1909 :
Les courses vélocipédiques organisées dans la région recueillent un succès appréciable. Pour la course Vielsalm-Trois-Ponts-Basse-Bodeux-Lierneux-Joubiéval-Vielsalm à parcourir deux fois, 10 coureurs se sont rangés en face du café Wampach et furent photographiés par M. Baccus. Le départ fut donné à 1h25 au son de la Brabançonne. Les contrôles volants étaient assurés par M.de Montpellier en auto et par Georges Paquay en moto. Le contrôle fixe est tenu place du Marché par M.Masson-Passelecq et un prix spécial est offert par Robert Malherbe à mi-parcours. Le vainqueur est Célestin Paquay en 4heures et 22minutes ; il remporte la somme de 60 francs. Le sixième et dernier classé est à un quart d’heure. La course pour débutants allait jusqu’à Poteau et retour et fut remportée par Walrant en 2 heures et 35 minutes.
Les vélos n’étaient  évidemment pas ceux que l’on connaît aujourd’hui !

La photo-carte  expédiée le 25 octobre 1909 montre un groupe de coureurs cyclistes qui sont peut-être bien ceux dont il est question ci-dessus. Remarquons le vêtement (ne parlons pas de tee-shirt !) du deuxième à partir de la gauche portant une publicité pour les cycles Damoiseau, garage qui se trouvait à l’emplacement actuel du café  Le Bowling.

A Salmchâteau, de mauvais drôles s’amusent depuis quelques temps à déposer de grosses pierres sur la voie du tram. Mardi dernier, le mécanicien [François Wansart] a dû stopper le tram de 4h30 en amont du pont métallique : deux grosses pierres barraient la voie. La vigilance habituelle  du mécanicien a évité un drame.

A Vielsalm plusieurs tenderies aux grives ont été dévalisées et en partie détruites. La police enquête.

A Commanster, la semaine passée, trois individus échappés de quelques roulottes et flanqués d’une « Vénus » en lambeaux se répandaient à la nuit tombante et réclamaient des vivres ou de l’argent. Ils reçurent généralement un bon accueil mais en passant à proximité du local de la laiterie ils enlevèrent une cruche de lait qu’une brave Perette avait momentanément délaissée. On n’a aucune nouvelle du bidon en balade. Ces gens avaient déjà marqué leur passage à la petite ferme des Fagnes en dévalisant le verger et en pillant la basse-cour. Et ils avaient menacé de mort la fermière si elle disait mot !

Le 23 octobre 1910 : Un jeune homme de notre localité, M.Aug. Gabriel, s’était rendu à un enterrement à Sommerain et depuis lors on est sans nouvelle. On se perd en conjecture sur son sort et le désespoir des parents est grand. La solution du mystère nous est donné la semaine suivante :

Le 30 octobre 1910 :
Mercredi ont eu lieu les obsèques de M. Aug. Gabriel qui, en revenant de l’enterrement de son cousin à Steinbach s’était égaré dans le bois et surpris par l’obscurité s’était noyé dans l’étang de Belin.
 [ la géographie régionale ne semblait pas être le fort du chroniqueur de l’Organe].

Le 22 octobre 1911 :
 Tous les soirs, soit à l’entrée ou à la sortie du Salut une masse  [ !] de garnements s’amuse(nt) à lancer des glands contre les passants et fillettes [Quel scandale !] Il nous semble que notre service policier pourrait y mettre fin.


                                                                               Robert NIZET

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques précisions sur la chapelle St-Roch à Arbrefontaine

Dans une de ses chroniques, parues dans le journal publicitaire « Ourthe-Amblève », OURTHAM alias Charles PIERARD (+ 1973) signalait : « La...