samedi 25 janvier 2014

Dans l'Organe de Vielsalm, il y a bien longtemps

La première page de L’Organe de Vielsalm du 16 janvier 1910 est entièrement occupée par une pétition qui circule dans la population de la région  tendant à organiser un train supplémentaire de Trois-Ponts à Libramont pour permettre notamment aux voyageurs de disposer de plus de temps à Bastogne. On verra  si les demandeurs auront gain de cause.

Un assassinat à la frontière : deux personnes se rendant à Weismes par un chemin creux ont trouvé un homme égorgé aux environs de Born. Il s’agissait d’un fermier qui avait touché une assez forte somme d’argent. Les assassins, car on croit savoir qu’ils étaient deux, seraient des chemineaux qui auraient pris la direction de la Belgique. Leur signalement a été transmis et la gendarmerie de Stavelot a fait une battue à la frontière et a visité toutes les cambuses.

A Vielsalm, la gendarmerie vient de découvrir l’auteur des vols de fils de cuivre servant à la transmission de l’énergie électrique au siège des Ardoisières réunies de Cahay. 7 kg de câble coupés en morceaux de 4 à 5 cm ont été retrouvés en la possession de J.F. de Salmchâteau. D’autres soupçons pèsent sur cet homme et on en reparlera sans doute.

L’Organe du 23 janvier 1910 annonce que la loi sur la milice a été signée le 14 décembre et qu’elle organise la suppression du tirage au sort. Outre les engagements volontaires, le recrutement de l’armée se fera dorénavant par l’appel des jeunes gens dont un frère n’accomplit pas ou n’a pas accompli un terme de milice. La nouvelle loi prévoit une série d’exemptions.

Dans L’Organe du 15 janvier 1911 on trouve cette poésie que je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager :

                              Le Manoir

Oui, il se dresse encor là-haut sur l’azur bleuSa fierté domine tout le vallon joli ;Ses donjons grisâtres où sont tombés les preuxSe profilent, massifs dans l’éther infini.Hautain, il s’impose aux choses d’alentourLes pierres s’effritent sous ses haillons de lierre ;Où logent sûrs, muets, d’un tranquille séjourHiboux et chouettes amis de toutes ses meurtrièresC’est le castel antique de mon pays natalQui vit, impassible, dans le recul des temps ;C’est le manoir hardi le héros triomphalLe vainqueur du César de la Rome d’antan.Souvent, il a vu arriver sur lui, terriblesEt les traits et les flèches d’un peuple ennemi ;Mais lui, au fort de la tourmente où il les cribleDu jet de ses balistes, ses meilleurs appuisLa paix se rétablit.- Les fêtes recommencent ;Le cor sonne éclatant, et le pont levisA laissé passer une horde qui s’élanceDans le bruit des sonnailles et des cliquetis.Et il se dresse encor sur l’azur bleuEt sa fierté domine le vallon joli ;Ses donjons grisâtres où sont tombés les preuxSe profilent encor dans l’éther infini.
                              Raymond Marx

Qui va se risquer à une analyse de ce texte ?


Dessin signé A.L. ( Adolphe Lacomblé vraisemblablement) et daté 1881 du château des Comtes de Salm, très certainement ce « manoir ».


                                                                                         Robert NIZET

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques précisions sur la chapelle St-Roch à Arbrefontaine

Dans une de ses chroniques, parues dans le journal publicitaire « Ourthe-Amblève », OURTHAM alias Charles PIERARD (+ 1973) signalait : « La...