dimanche 30 juillet 2017

HISTOIRE : Les fonts baptismaux de Bovigny (inédit)


Dans le livre « De Saint-Martin à Bovigny », G. Antoine, l’auteur, renseigne (p. 50) un acte, du premier quart du XVIIIe s. (v. 1716), de l’archidiacre accordant au pasteur de Bovigny et à ses paroissiens l’autorisation de transférer les fonts baptismaux du temple de Saint-Martin, en ruine, vers l’église de Bovigny où le curé exerce ses fonctions pastorales. À un autre endroit du livre (p. 34), l’auteur s’interroge sur ces fonts : « Pourquoi cette cuve n’a-t-elle pas été installée à Bovigny en 1716 ? » et « Pourquoi les baptêmes se célébreraient-ils à « Saint-Martin » alors que la vie se déroule à Bovigny ? ».

À la première question, rien ne prouve que les fonts (mesurant 59 cm de hauteur) n’aient pas été installés à Bovigny en 1716. Ils ont peut-être été transférés dans la Chapelle Notre-Dame des Malades, lors de sa construction, en 1850, sur le site de l’ancienne église de Saint-Martin… Il faudrait rechercher dans les comptes de la fabrique l’éventuel achat d’une nouvelle cuve baptismale vers cette période…

À la seconde question, il est certain que les baptêmes se célébraient à Bovigny et ce, longtemps avant l’autorisation de 1716, en attestent les actes de baptêmes célébrés à Bovigny, consignés dans un registre depuis 1677, conservé aux Archives de l’État à Saint-Hubert. Le fait est avéré d’autant plus par l’acte de baptême de Henri, fils de Jean Marquet, de Bovigny, du 3 avril 1682, lequel suggère que l’enfant fut baptisé dans de nouveaux fonts. Ceux-ci auront remplacés les anciens, ce qui prouve les baptêmes à Bovigny depuis une période reculée !
Extrait du registre paroissial de Bovigny, avec la mention des nouveaux fonts.

© Georges BENOIT

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques précisions sur la chapelle St-Roch à Arbrefontaine

Dans une de ses chroniques, parues dans le journal publicitaire « Ourthe-Amblève », OURTHAM alias Charles PIERARD (+ 1973) signalait : « La...