dimanche 26 juillet 2009

À propos du Glain.

(publié dans …, le 12 mars 1947)

Nous avons rappelé dernièrement ici que GLAIN était le nom véritable, historique, de la rivière allant de Commanster à Trois-Ponts, en baignant les localités de Salmchâteau et de Vielsalm. Le nom de SALM, sous lequel elle est désignée actuellement, constitue une erreur.

Non seulement les toponymes actuels échelonnés le long de cette rivière rappellent ce vocable de GLAIN, mais des documents signalent ce terme, bien des fois.
Le document qui donne à ce sujet la plus ancienne mention est de 670. Il a fixé les limites du domaine de l’abbaye Stavelot-Malmedy. Voici comment.
Vers 648, St Remacle avait reçu du roi franc Sigebert II tout le pays qui entoure les lieux où sont aujourd’hui Stavelot et Malmedy, à 12 milles, c’est-à-dire 30 km. À la ronde.

Un peu plus tard, les moines de Stavelot demandèrent eux-mêmes la réduction de ce domaine.
C’est ainsi que le 6 septembre 670, un diplôme du roi Childéric II le réduisit de moitié et lui fixa des limites bien précises. Cette fixation cite notamment la rivière de GLAIN à l’endroit où elle reçoit sous Grand-Halleux, le ruisseau d’Ennal. Plus tard, ce même endroit, sous le nom de GLAIN encore, sera de nouveau cité en d’autres documents rappelant les limites du territoire de Stavelot-Malmedy.

Vers le même temps, un domaine – une VILLA disait-on à cette époque – portant le nom de GLAIN, est signalé à la partie supérieure de la rivière, en l’actuelle commune de Bovigny. C’était en 719 ou 720, 6 décembre. Cette citation se rattache au fait de la présence à Glain de Charles Martel, maire du palais, avec une suite nombreuse. Il y rendit notamment une sentence au sujet d’un différend entre l’abbé de Stavelot, Papolène, et un certain Rotgisus.

Cette villa de Glain était alors domaine royal, et il y a lieu de penser que son origine remonte bien avant le VIIIe siècle.
Ajoutons qu’en 915 elle comptait environ 175 serfs.
Il y a donc lieu de retenir que le mot GLAIN est fort ancien au pays de Salm. Il est d’origine celtique et signifie clair, brillant.
Comme il constitue le véritable nom de la rivière principale du canton de Vielsalm, il serait souhaitable que le personnel enseignant de la région, notamment restitue à cette rivière son authentique appellation d’origine.

Gaston REMACLE

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques précisions sur la chapelle St-Roch à Arbrefontaine

Dans une de ses chroniques, parues dans le journal publicitaire « Ourthe-Amblève », OURTHAM alias Charles PIERARD (+ 1973) signalait : « La...