dimanche 9 août 2009

4. Les châteaux de Salm.

La présence à l'endroit devenu Vielsalm du premier château des seigneurs qui prirent le nom de SALM a été établie par le savant archiviste J. VANNÉRUS.

(J. VANNERUS, L'ancienneté relative des deux châteaux de Salm-en-Ardenne, dans B.I.A.LUX. 1933)

En conclusion de son étude, VANNÉRUS écrit : « Toutes les mentions de Salm-en-Ardenne antérieures au milieu du XIV° siècle peuvent être attribuées à Vielsalm et c'est le castellum (1153) construit ici qui a fourni leur nom, non seulement au comte Gislebert de 1034/1035 et à ses descendants ardennais, mais également au château bâti dans les Vosges vers l'an 1200 et à la dynastie qui y a poursuivi ses destinées.»
La conclusion de VANNÉRUS, rigoureusement établie, est indiscutable. Ajoutons qu'elle se confirme par un autre fait : la fixation, près du château de Vielsalm, de l'église paroissiale de Salm.

Ce château se dressait à l'emplacement de l'actuelle villa de Mme MOUTON, auparavant villa de MARNIX, en face de l'église de Vielsalm. Le 9 septembre 1560, ce qui en restait fut cédé héréditablement en fief à « Gilles le moulnier de la Vielle Saulme ». L'endroit a longtemps gardé la dénomination de « vieux château », et nous en avons recueilli une série de mentions allant de 1560 à 1835.
Lorsque, par un travail sincère de l'esprit, on arrive à restituer à ces lieux leur aspect d'autrefois, on doit reconnaître qu'ils furent une assise admirable pour une forteresse. Celle-ci dominait plusieurs vallées profondes et n'était guère accessible que par le haut. Elle faisait face aux abbayes proches et envahissantes de Stavelot et Malmedy. Les cours d'eau qui encerclaient sa base aux trois quarts pouvaient aisément être endigués et former étangs.


Au début du XIVe siècle, plus précisément entre 1307 et 1362, comme l'établit encore VANNÉRUS, les comtes décidèrent de changer de résidence, d'abandonner leur château de Vielsalm et d'en construire un nouveau à 3 km environ vers le sud.
La raison de ce changement ? Nous pensons qu'elle consiste surtout dans l'intention, des seigneurs de Salm, de prendre pied du côté de La Bedinne.

(G. REMACLE, Du premier au second château de Salm-en-Ardenne, dans B.I.A.LUX., Arlon, 1965)

La première mention de ce nouveau château nous est connue par un document de 1362 selon lequel Mahaut de THUIN, comtesse de Salm, veuve de Henri VI, et son fils le futur Henri VII, créent une franchise au bas château de Salm ; le privilège est accordé « à tous ceux qui sont, seront ou viendront residement demeurer et maisoner et edifier le temps présent ou à venir au bas chasteau de Salme ».
Les ruines de ce château sont toujours visibles près de Salmchâteau.

Selon FAHNE, un incendie détruisit une aile du château de Salm vers 1645, aile reconstruite par les sujets du comte. Un incendie du même genre se produisit au début du XVIIIe siècle ; le château fut de nouveau restauré vers 1740. C'est surtout au début du régime français, croyons-nous, que le château a subi les graves excès qui l'ont ruiné. Par arrêté du Régent en date du 5 décembre 1946, paru au Moniteur belge, du 23 janvier 1947, ces ruines et leurs abords ont été classés comme sites en raison de leur valeur archéologique et historique.
A notre connaissance, il existe trois dessins du château de Salm, réalisés avant sa ruine. L'un le représente après un incendie, et avant sa restauration vers 1740. Il est du dessinateur spadois Remacle LE LOUP (1711-1749). Un deuxième dessin de la même époque est d'un autre dessinateur spadois, Mathieu XHROUET (1672-1747) à la bibliothèque de l'Université de Liège. Il donne du château une vue sous un angle différent de celui qu'avait choisi LE LOUP. Du même XHROUET, un dessin de la localité de Vielsalm silhouette au loin et en grisaille le château, celui-ci avant l'incendie précité et avant 1715. Enfin, l'ouvrage de FAHNE donne aussi un dessin du château ; celui-ci paraît en bon état et du XVIIIe siècle, bien que d'aspect discutable.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques précisions sur la chapelle St-Roch à Arbrefontaine

Dans une de ses chroniques, parues dans le journal publicitaire « Ourthe-Amblève », OURTHAM alias Charles PIERARD (+ 1973) signalait : « La...