lundi 10 août 2009

Les couleurs de Vielsalm.

(publié le 7 mars 1954)

« d’argent à deux saumons adossés de gueules »

Je voudrais des franges aux couleurs de Vielsalm.
Ah ! les couleurs de Vielsalm… c’est-à-dire…
Rouge et bleu, n’est-ce pas !


Ainsi, client et commerçant devisaient l’an dernier, dans un magasin de Vielsalm, en prévision de je ne sais plus quelle fête à préparer.
Eh ! bien, non, les couleurs de Vielsalm ne sont pas rouge et bleu. Disons-en un mot.

Par arrêté royal du 9 janvier 1924, la commune de Vielsalm était autorisée à faire usage d’armoiries particulières, rappelant des souvenirs historiques attachés à son territoire ; armoiries signalées comme suit : d’argent à deux saumons adossés de gueules.
« d’argent à deux saumons adossés de gueules », c’est-à-dire, en langage plus simple, deux saumons rouges, adossés, sur fond blanc.
C’est là les armes des anciens comtes de Salm.
Le bleu n’y figure donc aucunement. Rouge et blanc, sans plus.
Ce sont ces mêmes signes héraldiques qui interviennent dans les armoiries particulières que vient d’être autorisée à faire usage, par arrêté royal du 29 septembre 1952, la commune de Grand-Halleux « d’argent à deux saumons adossés de gueules, l’écu tenu à senestre par un Saint-Laurent debout et auréolé, vêtu de l’aube et de la chasuble, tenant de la senestre un gril, le tout d’or ».
On connaît maintes reproductions du sceau des comtes de SALM-EN-ARDENNE. La plus ancienne connue est, je pense, de 1265, utilisée par le comte Guillaume II. Elles montrent toujours l’écu aux deux saumons adossés, sans plus.

Au XIIe siècle déjà, nos comtes s’étaient acquis de grands intérêts en Lorraine, du côté des Vosges.
C’est ainsi que Henri, fils de Henri I, héritier du comté, abandonna l’Ardenne pour s’occuper de ses biens en Lorraine. Il laissa le berceau de sa race à sa sœur Elise, et à l’époux de cette dernière, Frédéric de VIANDEN (décédé vers 1175). Frédéric devint ainsi fondateur de la deuxième race des comtes de Salm-en-Ardenne.
Quant à Henri, frère d’Elise, il continua sa lignée sous le nom de SALM-EN-VOSGES, ayant bâti dans les Vosges un nouveau Salm.
Pour leurs armoiries, les SALM-EN-VOSGES gardèrent les deux saumons adossés, mais ils intervertirent les couleurs. Leur écu présenta les deux poissons d’argent (blanc) sur champ de gueules (rouge).
À cette différenciation, s’en ajouta par la suite une autre. Les descendants d’Henri, premier comte des SALM-EN-VOSGES, ajoutèrent aux poissons un semé de croisettes.
Quant aux SALM-EN-ARDENNE, il gardèrent l’écu d’argent aux deux saumons de gueules.
Au début du XVe siècle, Henri VII de SALM-EN-ARDENNE se trouvait âgé et sans héritier.
Avant son décès, vers 1415, il avait légué son comté à un lointain parent. Jean de REIFFERSCHEID.
Désormais, les sires de REIFFERSCHEID prirent en même temps le titre de comte de Salm. Et jusqu’à la Révolution française, les SALM-REIFFERSCHEID furent les seigneurs de notre région.
De ce fait, ils firent entrer les deux saumons adossés de SALM dans leurs armoiries, mais avec d’autres motifs figurant leurs autres domaines. Nous en avons un bel exemple dans le dessin ci-dessus qui représente les armes se voyant en 1470 et 1475, par exemple, sur le sceau de Jean, fils aîné de Jean VI de REIFFERSCHEID. On y reconnaît les deux saumons de SALM, le lambel des REIFFERSCHEID, et les trois losanges des DYCK. Le cimier est celui des REIFFERSCHEID ; le heaume est surmonté de deux oreilles d’âne, la première d’argent, la seconde de gueules.
Répondant à une invitation qui nous a été faite à la récente assemblée générale du Syndicat d’Initiative de Vielsalm, et par respect pour le passé du pays de Salm, il nous a paru utile de raviver les considérations qui précèdent.

Gaston REMACLE

Ndlr :
1) Le dessin ne figure plus avec l'article qui a été découpé.
2) Pour Grand-Halleux : le St-Laurent est tenu à dextre non à senestre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques précisions sur la chapelle St-Roch à Arbrefontaine

Dans une de ses chroniques, parues dans le journal publicitaire « Ourthe-Amblève », OURTHAM alias Charles PIERARD (+ 1973) signalait : « La...