vendredi 13 février 2015

Dans l'Organe de Vielsalm, il y a bien longtemps

L’Organe de Vielsalm du 2 mai 1937  débute par une mise au point péremptoire de l’état du réseau hydrographique de la région. Après lecture de ceci, plus aucune controverse n’est possible !

Vielsalm-Antique
…Quelques cours d’eau sillonnent la commune. La Salm est la Ronce qui change de nom au Bois de Cierreux. Après le passage de la route de Diekirch, passe à Salm-Château, Vielsalm, Grand-Halleux et se jette dans l’Amblève à Trois-Ponts. La Salm proprement  dite  est formée par la réunion du Glain et des Fanges Sierfu. Parcours 17,8 km.
L’Eau des fanges prend sa source à l’ouest de Bovigny, son parcours est de 2,2 km, aboutit au chemin de Courtil, traverse la route de Diekirch et rejoint l’embouchure de l’ Eau de St-Martin. Ce dernier ruisseau a un parcours de 4,3 km ; il est formé du Juvigny et du Neuf Pré, à la chapelle de St-Martin. Il existe encore la Grosse hache et le Basselanc  qui prend sa source aux « Corriotes ».


Incendie à Vielsalm : Dans la nuit de dimanche à lundi, un incendie d’une rare violence s’est déclaré rue des Savoyards. Malgré la promptitude des secours apportés par les pompiers, les militaires du 32ème groupement mixte des Chasseurs ardennais et la population il ne fut pas possible d’enrayer le sinistre.
Les trois maisons de MM. Lannoy, contrôleur des douanes, V. Andrianne, menuisier et  Bougelet, militaire,  furent entièrement consumées. On suppose que c’est un feu de cheminée qui est à l’origine de ce désastre.
Le 23 mai suivant une pétition est présentée au conseil communal par les habitants de la localité et tendant à la non reconstruction des bâtiments incendiés : les circonstances tragiques d’un incendie dans la rue des Savoyards viennent tout particulièrement de mettre en relief le piteux état d’un agencement urbain dont le moins qu’on puisse dire est qu’il est incommode, malpropre et dangereux. L’état présent des choses offre au conseil communal l’occasion ou jamais de manifester ici son programme d’urbanisation.
Il ne faut pas pour le bien de notre ville, pour la santé de nos générations de demain que se réédifient des ruelles malodorantes, croupissantes, génératrices de miasmes et de maladies pour les riverains.
L’élément dévastateur nous a indiqué les limites d’un nouvel embellissement de Vielsalm. Nous vous demandons de donner l’air et la lumière de Vielsalm à un coin de notre ville qui ne les connaissait  plus.
Signataires : Vve Mersch, J.Starck,  G.Archambeau,  B.Denis, Magain, Jacoby, A.Denis, Herman-Goedert, J. Hens.

Le conseil  regrette de ne pouvoir  faire bon accueil à cette demande : il estime que les finances communales ne lui permettent pas de donner satisfaction aux pétitionnaires vu les frais à en résulter.

                                                                               Robert NIZET

1 commentaire:

  1. « Mémoires historiques, chronologique et œconomiques » accompagnant les travaux géographiques du comte de Ferraris, vers 1777 : « La Rivière de Salm qui entre au sud sous le nom de Glain, et sort au nord, à quatre toises de largeur à son entrée, sur trois pieds de profondeur dont un et demi d’eau ; mais vers sa sortie elle est large de douze à treize toises, et profond de trois pieds, pour deux d’eau. Elle coule rapidement sur un lit pierreux qu’on passe sur un pont de maçonnerie, à l’occident de Vieil-Salm, sur un de charpente pour les gens à pied seulement au sud-est du hameau de Rogelainval ; et à gué à tous les autres chemins aboutissans à ses rives. Cette rivière déborde en hiver et après des fortes pluies. Le Ruisseau d’Eau la Valer, prend sa source au nord-ouest du village de Petithier et rentre dans la Salm au nord de Vieil-Salm, a huit pieds de largeur, sur deux de profondeur dont un et demi d’eau, son lit est aussi pierreux, on la passe sur un pont de maçonnerie près de son embouchure, et partout ailleurs à gué. »

    Description de la commune de Vielsalm en 1843:
    Elle est arrosée par le ruisseau, dit la Salm, qui la traverse du midi au nord, et va se jeter dans l’amblève près de Stavelot. Ce ruisseau qui est formé à Salmchâteau ; des eaux de ceux de Glain ; Rougerie ; Ronce et Golnay, fait agir le moulin à farine de Salmchâteau, et le moulin à farine et la scierie de Vielsalm ; il sert aussi pour l’irrigation des prés. Le ruisseau de Barfa qui irrigue également les prés, fait mouvoir le moulin à farine et le moulin à huile de Petit thier, le moulin à tan et la scierie de Beaufaÿs et le moulin à farine de Barfa ; ceux de Golnay et de Ronce font la séparation entre la commune et celle de Lierneux, province Liège.

    RépondreSupprimer

Quelques précisions sur la chapelle St-Roch à Arbrefontaine

Dans une de ses chroniques, parues dans le journal publicitaire « Ourthe-Amblève », OURTHAM alias Charles PIERARD (+ 1973) signalait : « La...