mardi 14 juillet 2015

VIELSALM : DE LA PROPRIÉTÉ BIEVER à la RUE DU VIEUX MARCHÉ (1/6)

Actuellement, la rue du Vieux Marché (anciennement rue de la Station) est presqu’intégralement bâtie des deux côtés. Il n’en a, évidemment, pas toujours été ainsi et sans remonter à Mathusalem, les plus anciens habitants de la localité se souviennent que le côté gauche quand on vient de la place Paulin MOXHET (anciennement place du marché) était bordé par un long et haut mur en pierre sèche de schiste d’environ 175  mètres de long et qu’un gros et vieil immeuble faisait le coin de la place du marché.
Il peut être intéressant  d’établir la chronologie du démantèlement de cette propriété généralement connue sous le nom de SÉPULT et de l’urbanisation de ce côté de la rue. Son origine remonte en fait à plus de quatre cents ans et la première partie de ce texte est un résumé de l’article de Gaston Remacle publié dans les nos1 et 2 de 1968 du Bulletin de l’Institut archéologique du Luxembourg  sous le titre Anciennes maisons de Vielsalm.
À la fin du 16ème siècle, alors que Vielsalm n’était qu’une agglomération d’une trentaine de maisons autour de l’église, l’endroit portait déjà une demeure occupée par Jean BIEVER († vers 1602), la plus haute personnalité du comté de Salm. À la maison joignait une  belle propriété : l’aisance derrière la construction, jardin, potager et champs. Celle-ci connaîtra au cours des siècles suivants nombre de vicissitudes.
Incendiée en 1636 par les Hollandais, elle restera très longtemps à l’état de ruines rachetées en 1656 par Jean Pierre ( † 1657), petit-fils de Jean Biever, en 1698 par Jean Quirin  Deumer,  arrière -petit-fils du même qui en fera don à ses deux neveux, les frères Gaspar et Jean-Quirin  Remacly. Ceux-ci, vers 1750, reconstruisirent une demeure spacieuse « située desous le marché à Vielsalm avec une cour renfermée, deux écuries de vaches, une bergerie, écurie de chevaux et granges ; … derrière les dites granges un petit jardin à herbe et derrière celuy-ci un jardin potager, derrière celui-ci un verger. »



Divers propriétaires se succéderont ensuite : Henri David de Malmedy ; le notaire Jean-Louis Raphaël ; en 1845, au début du Cadastre dans notre région,  le négociant en pierres à rasoir et bourgmestre de la localité Christophe Lamberty ;  entre 1848 et 1852, Pierre-Joseph Offergeld, négociant en pierres à rasoir ;  le clerc de notaire Charles Botte et, le 10 mai 1878,  Pierre-Joseph Sépult, célibataire et négociant. Celui-ci décède le 17 décembre 1895 et le bâtiment devient, au partage de ses biens, la propriété de Pierre-Narcisse Sépult.
Ajoutons encore qu’en 1853 et durant quelques mois, les écuries et annexes de cette maison abritèrent les débuts chez nous de la chasse à courre emmenée par le comte de Cornélissen.

Jean-Bernard SÉPULT, cultivateur et Marie-Thérèse MASSON
Pierre Narcisse SÉPULT                 ° 28.10.1861 à Vielsalm  †19.02.1943
Mariage le 09.02.1899 à 37 ans et alors qu’il est négociant, avec
Louise ANDRIANNE                     ° 05.04.1874 à Mellier     †11.12.1948
Deux enfants :
Marie-Thérèse                                 ° 30.11.1899   † 02.03.1978 à Fribourg (CH)
                                                                                              Célibataire
Jules Octave François Joseph         ° 14.04.1908    † 18.11.1963 à Berne (CH)
                                                                                              Célibataire


                                                                                         Robert Nizet

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques précisions sur la chapelle St-Roch à Arbrefontaine

Dans une de ses chroniques, parues dans le journal publicitaire « Ourthe-Amblève », OURTHAM alias Charles PIERARD (+ 1973) signalait : « La...