jeudi 17 septembre 2015

VIELSALM : DE LA PROPRIÉTÉ BIEVER à la RUE DU VIEUX MARCHÉ (6/6)


En huit ans, l’ensemble de la propriété non bâtie est donc aliéné. Pour les constructions, il faudra attendre quatre années de plus.

En effet, le 30.06.1965 le pharmacien Robert Delcominette-Grutman , établi en haut de la place  comme successeur des Moxhet, acquiert la maison en ruines d’une superficie de 10 ares 42 ca.
 En 1966 intervient l’événement le plus spectaculaire du démantèlement de la propriété : la destruction de la grosse maison Sépult et de ses dépendances.  L’Annonce de Vielsalm  du 12 février signale que  les entreprises Schröder démolissent actuellement les immeubles Sépult, place P.Moxhet. Monsieur Delcominette va  construire sur leur emplacement, en 1968,  un nouvel immeuble à usage de pharmacie et de maison d’habitation. Il sera toutefois exproprié d’une partie pour élargir la grand-route qui était particulièrement étroite à cet endroit. Si étroite d’ailleurs que lors de la création du tram vicinal Lierneux-Vielsalm en 1904 l’origine de la ligne qui devait se trouver au bas de la place du marché avait été déplacée jusque devant la Boutique Klons actuelle  vu l’impossibilité  d’établir une double voie pour ramener les motrices en tête du convoi dans ce véritable goulet.
Je me souviens aussi qu’à cet endroit le trottoir était taillé dans le rocher.
Voilà donc détruite cette grosse demeure qui figure sur tant de cartes postales de la place du marché et qui, durant les dernières années avant sa destruction, était à l’abandon et donc un terrain de jeu rêvé pour les jeunes du quartier. Certains pourraient nous raconter leurs expéditions dans les nombreuses pièces qui étaient encore partiellement meublées. Je n’étais pas de ce quartier : je n’y suis donc pas allé et j’en suis frustré.



Actuellement, le nouvel immeuble a été partagé : côté Place Moxhet il abrite la pharmacie Séghers, deux commerces en-dessous (Laines et tricots d’Anita Lugen et salon de coiffure d’Anne-Sophie meunier) et un appartement ; à l’arrière, un immeuble à appartements.
Le 26 février 1978, soit cinq jours avant son décès, en Suisse donc, elle teste en faveur des œuvres paroissiales de Vielsalm : sans doute la parcelle d’accès à la rue de l’Hôtel de ville est-elle incluse dans ce legs. Celle-ci, acquise par la Commune, vient d’être aménagée pour  conduire  au nouveau parking chargé de délester les rues du centre.
La vieille propriété  Biever puis Sépult a ainsi vécu.
En lieu et place de la grand muraille de schiste, à l’aspect rébarbatif diront certains mais tellement représentative de l’extraction et de la transformation du schiste dans nos carrières, on trouve de nos jours une suite ininterrompue d’entreprises commerciales – à  deux exceptions près – qui constitue une partie de l’artère principale de la localité.


Merci à Marie-Rose Bodson-Fransolet, Pierre Christophe, Marcel Roth, Georges Benoit, Joseph Léonard, l’ASBL Val du Glain, Terre de Salm pour la consultation de la collection de L’Annonce de Vielsalm, Geneviève Fourneau-Orianne, Jeanine Wayaffe, Christine Hoyoux et bien sûr à Joseph Toubon..

Ce texte enrichi  de quelques documents iconographiques peut être obtenu en fascicule.
  
Robert NIZET /     robertnicolas.nizet@gmail.com / 080/420959                        





Á partir de la droite : mur de la parcelle Lambert, maison Edgar Hoffmann, maison André Lejeune, magasin d’électro-ménager de René Huart, magasin UNIC, magasin Super Fémina, pas encore de galerie du Vieux Marché, espace libre, magasin d’électro-ménager Gustin, garages Bechet, pas encore d’Hôtel des Myrtilles, mur de la propriété Delcominette. La photo date de la toute fin des années ’60.





2 commentaires:

  1. Bien cette dernière photo. Photo de années 60, ou on pouvait rouler à 60 en double sens et sans embouteillage ;)

    RépondreSupprimer
  2. Par contre, on a du mal à s'imaginer qu'on roulait dans les deux sens rue Général Jacques...

    RépondreSupprimer

Quelques précisions sur la chapelle St-Roch à Arbrefontaine

Dans une de ses chroniques, parues dans le journal publicitaire « Ourthe-Amblève », OURTHAM alias Charles PIERARD (+ 1973) signalait : « La...