lundi 3 août 2009

2. La Maison de Salm.

Quelle était cette famille ?

Parmi les grandes maisons seigneuriales qui se formèrent entre la Moselle et la Meuse à la fin du IXe siècle, quand s'établit le régime féodal, la maison d'Ardenne constitue une des plus illustres.
La souche en fut le comte palatin Wigéric († entre 916 et 919), comte en Bidgau, contemporain du roi de France Charles le Simple et descendant probablement comme lui de Charlemagne ; son épouse Cunégonde était nièce de Charles le Simple.

Sigefroid, le plus jeune de ses six fils, tout comme ses frères possédait de vastes domaines, dispersés entre Meuse et Moselle. C'est lui qui, en 959, tenta de s'installer à Bodeux. Le 12 avril 963, il acquit l'ancien castel de Luxembourg. Il s'y fixa, devenant ainsi le fondateur de la première dynastie des comtes de Luxembourg.

Par Sigefroid II son fils, puis Frédéric († 1019) son petit-fils, Sigefroid Ier est bisaïeul de Gislebert de Salm signalé vers 1035.
Nous n'avons pas à faire ici l'histoire de la famille comtale de Salm. Bornons-nous à citer le nom des comtes successifs, jusqu'à l'extinction de la deuxième dynastie.

SALM-LUXEMBOURG:

  • Gislebert Ier, cité vers 1035, décédé avant 1047.
  • Gislebert II, décédé entre 1056 et 1065. Fut comte de Luxembourg entre 1047 et 1065.
  • Herman Ier. Elu roi de Germanie en août 1081 par une faction de princes allemands hostiles à Henri IV. Tué le 28 septembre 1088, au siège de son château de Limbourg-sur-Lahn.
  • Herman II, comte de Salm jusqu'à 1135.
  • Henri Ier, comte de Salm, 1135 à 1163/1166.
Le fils unique de ce dernier, appelé Henri également ayant épousé en 1173 ou 1174 Judith de Lorraine, abandonna Salm-en-Ardenne pour s'installer dans les Vosges. Sa sœur Elise ayant épousé Frédéric de VIANDEN, celui-ci succéda à son beau-père comme comte de Salm, vers 1163/1166. Il devenait ainsi la souche de la deuxième dynastie.

SALM-VIANDEN :

  • Frédéric Ier.
  • Guillaume Ier, décédé vers 1212.
  • Henri II, comte jusqu'à 1245/1246.
  • Henri III, de 1245 à 1257.
  • Guillaume II, dit le Doux, de 1257 à 1290.
  • Guillaume III, de 1290 à 1295/1296.
  • Henri V, décédé en 1339 ou 1340.
  • Henri VI, décédé en 1359/1360, enterré à Vielsalm et dont on a retrouvé la pierre tombale en 1953.
  • Henri VII, comte de 1360 à son décès en 1415.
Avec Henri VII s'éteint la branche des comtes de Salm-en-Ardenne appartenant à la maison de Salm-Vianden. Le 23 septembre 1408, Henri VII avait perdu son fils unique, Henri, à la bataille d'Othée opposant les milices liégeoises au duc de Bourgogne Jean sans Peur. Ses deux filles Jeanne et Marie étaient également défuntes sans descendance.
Avant son décès vers 1415, Henri VII avait désigné pour son héritier un proche parent, Jean V de REIFFERSCHEID, tige des comte de SALM- REIFFERSCHEID.

(D'après les travaux de J. VANNERUS.)



SALM-REIFFERSCHEID :

  • Jean Ier (Jean V de REIFFERSCHEID), 1358-1418.
  • Jean II (Jean VI, fils de Jean V), décédé le 28-9-1475, enterré à Cologne.
  • Jean III (Jean VII, fils de Jean VI), comte de 1475 à son décès le 26-12-1479.
  • Pierre, frère du précédent, comte de 1479 à son décès le 13-11-1505.
  • Jean IV (Jean VIII, fils de Pierre), 1488-1537, comte jusqu'à son décès le 26 mars 1537.
  • Jean V (Jean IX, fils de Jean VIII), 1-1-1513 - 31-10-1559, comte jusqu'à son décès. Avait épousé Elisabeth de HENNENBERG qui céda les ruines du château de Vielsalm en 1560.
  • Werner (fils de Jean IX), né à Salm le 17 août 1545. Comte de 1568 à son décès le 16-2-1629.
  • Salentin (fils de Werner), comte jusqu'à 1637.
  • Ernest- Frédéric, fils de Werner, N. 29-5-1583, † 13-9-1639. Résidait à Bedbur.
  • Eric-Adolphe (fils d'Ernest Frédéric), N. 1-2-1619, † 18-4-1673. Résidait à Bedbur.
En 1683 et avant, le comte de BLANKENHEIM est tuteur du comte de Salm, mineur.
(Liber Memorialis, Commanster, acte de 1683)
  • François-Guillaume (fils d'Eric-Adolphe). Comte jusqu'à son décès le 4 juin 1734.
  • Charles-Antoine, fils de François-Guillaume, N. 1697, † 13-7-1755. Résidait à Bedbur. Après son décès, pendant la minorité de ses enfants, Salm fut administré par son frère Léopold. Vers 1768 et après,
  • Sigismond et Antoine, respectivement fils et demi-frère de Charles-Antoine, possédaient Salm chacun pour moitié. Charles-Joseph, fils d'Antoine, succéda à son père puis, par transaction avec Sigismond, passée à Bruxelles le 13 novembre 1782, devint seul comte de Salm jusqu'à la Révolution française.
Le comte Charles-Joseph fut élevé par l'empereur Léopold, en 1790, au titre de prince. Après le traité de Lunéville en 1801, avec la France victorieuse, l'empire d'Allemagne indemnisa les princes de SALM-REIFFERSCHEID de la perte de toutes leurs seigneuries de la rive gauche du Rhin. Il décida, par décret impérial du 25 février 1803 : « Le Prince de Salm-Reifferscheid (aura) pour le comté de Neder Salm une rente perpétuelle de 12.000 fl. sur Schönthal » (florins d'Autriche). Cette somme couvrait tous les revenus de quelque nature, féodaux ou autres, que pouvait procurer le comté, ainsi que le confirma le roi des Pays-Bas par arrêté royal du 29 décembre 1817 adressé au comte Hugues-François (fils du comte Charles-Joseph). Hugues-François avait réclamé beaucoup plus.

(A. FAHNE DE ROLAND, Codex diplomaticus Salmo-Reifferscheidanus, Cologne 1858, p. 336.)

La famille de SALM-REIFFERSCHEID existe toujours. Les deux saumons ornent les armoiries des deux branches de la maison dite « de Salm-Inférieur », celle des princes et altgraves de SALM-REIFFERSCHEID-KRAUTHEIM et DYCK (ci-devant Bedbur), encore toujours fixée au château de Dyck, près de Neuss, et celle des princes et altgraves de SALM-REIFFERSCHEID-RAITZ (ci-devant Salm-Inférieur ou Vieux-Salm dans les Ardennes), établie à Raitz et à Blansko, en Moravie, avant 1945.

(d'après A. FAHNE DE ROLAND, Geschichte der Grafen, jetzigen Fürsten zu Salm-Reifferscheid, sowie ihrer Länder und Sitze, nebst Genealogie derjenigen Familien aus denen sie ihre Frauen genommen, Cöln, 1866, 2 volumes, et autres documents)

Ndlr:
Texte revu sur base des ajouts apportés par Gaston REMACLE.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques précisions sur la chapelle St-Roch à Arbrefontaine

Dans une de ses chroniques, parues dans le journal publicitaire « Ourthe-Amblève », OURTHAM alias Charles PIERARD (+ 1973) signalait : « La...